0%

TEST | Dishonored 2 (PS4)

La Belle et la Bête

0

Sorti 4 ans après son aîné, le titre d’Arkane Studios nous propose de revenir à Dunwall 15 ans après les péripéties du premier opus.

Emilie est montée sur le trône et est devenue impératrice, tandis que son père, Corvo, tient toujours son rôle de protecteur royal. Le titre ne s’épanche pas beaucoup sur la connexion entre les deux jeux, et nous plonge directement dans un coup d’état perpétré par Delilah, une soi-disant tante disposant des pouvoirs de l’Outsider. Durant cette introduction, le joueur devra alors choisir le personnage qu’il désire incarner pour le reste de l’aventure : Corvo ou Emilie.

Les deux protagonistes auront bien entendu accès à un éventail de pouvoirs différents. Si les aptitudes de Corvo ont été améliorées et étoffées, c’est vraiment par le gameplay d’Emilie qu’on trouve un nouveau souffle. Ne vous méprenez pas, jouer Corvo est toujours aussi satisfaisant, mais les dons prodigués par l’Outsider à Emilie ont l’avantage d’être totalement inédits et d’avoir été largement mis en avant lors des trailers du jeu.

En outre, il reste possible de refuser la marque de l’Outsider et de parcourir les chapitres sans aucune habilité magique, pour un challenge plus relevé qui ne laisse (surtout dans les niveaux de difficulté les plus élevés) pas place à l’erreur. 

Afin de renverser la tante Delilah, Emilie/Corvo devra dans un premier temps s’échapper de Dunwall, puis tenter de comprendre les motivations des antagonistes supportant l’usurpatrice : un assassin masqué, un gouverneur avide, un génie mégalomane… les cibles ne manqueront pas pour assouvir notre vengeance de manière sanglante ou non-violente.
Reprenant les principes du premier opus, nous restons libres de mener les missions de façon létale ou non.

L’adaptation de notre arbre de pouvoir, et des charmes d’os délivrant des bonus sera un élément clef pour parfaire votre approche et devenir une ombre parmi les ombres ou à contrario se faire déchainer des avalanches de plombs, des mises à mort expéditives et entrainer le continent dans le chaos. 

En effet là aussi, Arkane Studios a remis en place le système de chaos, relatif au nombre de personnes tuées dans les niveaux. Selon le niveau de chaos de votre partie (élevé ou bas), l’ambiance/l’univers sera plus ou moins sombre. Les dialogues avec vos alliés seront aussi influencés par cet élément.
La plupart des situations permettent heureusement au joueur de les aborder de plusieurs façons. Pour pénétrer dans un secteur réglementé, opterez-vous pour un assaut frontal pour désactiver le portail foudroyant protégeant cette zone ou bien vous infiltrez-vous par les égouts pour déboucher dans une mansarde abandonnée rempli de mouche-de-sang ?

Utilisez-vous le pouvoir du domino pour relier 4 soldats adverses et abattre l’un d’eux d’un carreau bien ajusté, entrainant la mort des 4 larrons, ou bien utiliserez-vous le même pouvoir mais les étrangler et épargner leurs vies ? 

Si le jeu fait la part belle à l’infiltration, les différentes alternatives sont possibles et apporte de la rejouabilité, que ce soit par la différence d’approche (létale ou non), par le protagoniste choisi et ses habilités impies ou encore par le chemin emprunté pour mener à bien votre vengeance.
Comme dans le premier opus, il est possible de finir le jeu d’une traite sans porter le moindre coup fatal, pour peu que le joueur explore, lise les annotations, écoute les conversations pour découvrir une manière de mettre hors d’état de nuire une cible qui semble à priori inatteignable. 

DEVELOPPEUR : ARKANE STUDIOS
EDITEUR : BETHEDA SOFTWORKS
GENRE : FPS Infiltration
PLATEFORME : PS4 / Xbox One / PC
SORTI LE : 11 Novembre 2016

DISHONORED 2
Conclusion
Dishonored 2 représente une suite de qualité qui ne démérite pas en comparaison à son ainé. Arkane Studios a su reprendre les points qui en faisaient la force et a réussi à pallier à certaines lacunes, bonifiant la franchise. Que vous soyez un fan du style de Corvo ou bien tenté d’expérimenter les nouvelles possibilités apportées par Emilie, vous vous offrirez des heures de plaisir vidéoludique, décuplées par la rejouabilité du titre.
On aime !
Les multiples approches possibles.
Le choix entre 2 personnages, offrant 2 gameplays différents.
La palette de pouvoir, qui se complètent et synergisent les uns avec les autres.
La direction artistique, plus colorée que le 1er.
La rejouabilité du titre.
On aime moins...
L’histoire peut être assez convenue.
La technique souffrant parfois sur console.
Le comportement des PNJ assez formaté.
4
Très bon