TEST | The Last Guardian (PS4)

Le retour de l'arlésienne

0

Entre l’hécatombe chez nos stars préférées et la sortie de deux arlésiennes que sont Final fantasy XV et celle qui nous intéresse ici, The Last Guardian , on pourra dire que l’année 2016 restera dans les annales.

Testé par Nokian

Rendez-vous compte , début du projet en 2007 , prévu sur PS3 pour ensuite être repoussé pour sortir sur PS4 , il a fallu attendre 9 ans pour pourvoir enfin l’avoir entre les mains.

Dernière création de Fumito Ueda (génial créateur des deux chefs d’oeuvre : Ico et Shadow of the Colossus), The Last guardian nous mets entre les mains le contrôle d’un jeu garçon se réveillant dans une grotte à côté d’une créature étrange : Trico.

Leur seul but : Trouver la sortie

Les similitudes avec Ico et Shadow of the Colossus sont nombreuses mais TLG a un atout de taille : Trico. Jamais dans le jeu vidéo nous n’avions eu une si troublante créature. Trico est expressif, autonome.

L’entraide est indispensable, tantôt elle vous aidera à surmonter les obstacles, tantôt ça sera à vous de l’aider , et très vite, ( d’autant plus si vous avez eu un animal de compagnie ) un vrai attachement se créé avec elle, souffrant, l’encourageant dans les moments difficiles. Elle vous aidera même si vous êtes bloqué a un endroit en s’impatientant et vous indiquant où aller (de manière subtile).

Jamais dans le jeu vidéo nous n’avions eu une si troublante créature.

Mais comme toutes bêtes, il pourra n’en faire qu’à sa tête, hypnotisé par une fumée s’échappant de marmites, voulant un tonneau fluorescent qui lui fait office de nourriture, prit de peur devant un symbole que l’on croisera régulièrement et qu’on devra détruire pour avancer…

Ou encore lors d’apparition de « soldat en armure » qui n’auront que pour but de tuer Trico et surtout de nous enlever et nous faire traverser des portes étranges…

Seul notre ami sera à même de nous en débarasser efficacement. Après la bataille (avec des moments assez épiques) nous n’avons d’autre choix que de calmer notre partenaire.

Entre les scènes d’entraides, de batailles et les moments de bravoure à suspense, tout est fait dans le jeu pour qu’un vrai lien se crée entre vous et Trico.

Comme dit précedemment, la progression fera beaucoup penser à Ico autant que son gameplay, entre chaînes à grimper, levier à actionner. On se rend vite compte que même s’il essaye, par-ci par-là, d’être moderne, le gameplay est quelque peu vieillot. Mais avec un level design assez vertigineux, et tout en verticalité.

Ici point de barre de vie ni de tuto (mise à part le rappel des touches quelques peu envahissant et non désactivable), mais n’ayez pas peur, vous n’êtes pas non plus prit par la main comme le veulent tous les AAA avec surbrillance ou gros zoom sur la sortie.

Les animations sont très détaillées, sans doute même trop. Donnant une certaine inertie à notre personnage , ce qui peut parfois être frustrant quand on veut être un peu trop rapide.

Mais le plus frustrant sera sans doute la caméra, qui n’en fait parfois qu’à sa tête, surtout le système de « magnétisme » de notre héros et les collisions. Très pratique pour aggriper une chaîne ou un rebord, cela devient assez vite insupportable quand on est sur le dos de Trico et que l’on veut en descendre (ou qu’on veut vite y monter).

The Last Guardian est de ces jeux qui nous font ressentir de vraies émotions.

Le bilan technique est mitigé, même si le jeu est beau, voir très beau à certains moments, il est loin d’être fluide. La différence avec la PS4 Pro est assez frappante, en particulier sur certaines cut-scènes où la PS4 standard se met en mode turbine d’avion.

Néanmoins, malgré ces quelques reproches et son développement interminable, The Last Guardian est de ces jeux qui nous font ressentir de vraies émotions. On ne sort pas indemne de cette aventure, de cette relation entre la plus belle créature jamais croisée dans le jeu vidéo et de ce jeune garcon.

J’AIME BIEN !

  • Relation avec Trico
  • Trico, attitude naturel et tellement vivant
  • Direction Artistique
  • Son
  • Interface épurée, grande immersion

J’AIME MOINS !

  • Caméra parfois aux fraises
  • Frame rate inconstant (PS4 standard)
  • Magnétisme peut être rageant

Si vous avez aimé les œuvres de Ueda , si vous aimez contempler, prendre votre temps et si vous vous attachez à vos personnages , The Last Guardian est un indispensable. Le voyage est trop beau, l’échappée est trop belle.

 

DEVELOPPEUR : Team ICO
EDITEUR : Sony Computer Entertainment
GENRE : Aventure
PLATEFORME : PS4 only
SORTI LE : 7 décembre 2016